Les Invités - Pierre Assouline

Publié le par histoire-de-livres

invites

 

 

4m de couverture :


Un dîner, de nos jours, dans la grandebourgeoisie parisienne. Afin de séduire son invité d'honneur - un puissant homme d'affaires étranger - la maîtresse de maison a convié ses amis les plus remarquables. Mais à la dernière minute, l'un d'entre eux se décommande: il n'y a plus que treize convives... Comme le dîner doit commencer à tout prix, la nouvelle "invitée" est choisie au mépris de la bienséance. Une véritable transgression. La quatorzième convive devient alors le grain de sable qui fait déraper la soirée. Pour l'émerveillement des uns, pour le désespoir des autres. Tout dîner est une aventure.

 

Mon avis :


Et dire que j'ai failli passer à coté de ce livre ...
Je l'ai commencé, alors que le moral n'était pas au plus haut, et qu'il me fallait quelque chose de divertissant ... Je l'ai donc mis de coté ...

Mais, j'ai pu le terminé avant la fin octobre ( bon d'accord à quelques jours près, c'était fichu, mais j'ai respecté le timing :P )

Enfin, bref !! Revenons-en au livre :

Même si il est vrai que le début est assez long et fastidieux, la narration du diner est bien faite.
Donc, commençons par le début : j'ai trouvé la présentation des personnages laborieuse.
Était il vraiment nécessaire de donner certains détails, qui au final n'apporte pas grand chose  ?
Long, des mots parfois compliqués, des phrases interminables, ce début dessert la suite du roman...

Le repas par contre ....

Il est battu au rythme des chapitres qui inaugurent les différents sujets abordés. Le ton, et surtout les dialogues rendent cette partie plus agréable à lire, ainsi que l'humour parfois, et les phrases chocs.
Durant ce diner, les clichés s'invitent : sujets bateaux aux sujets plus sérieux: tout y passent : racisme,chrétienté, divorce, vêtements .....

Le français est présenté dans toute se splendeur : imbue de sa personne, raciste, élitiste.
L'étranger est lui la personne sympathique, sur qui on s'acharne.
L'auteur présente la bourgeoisie française assez durement. Est ce la réalité ? je n'en ai pas la moindre idée ....

J'ai eu de la peine pour Sonia, l' étrangère, que certains invités ont pris pour cible ( enfin certains ............. je devrais dire certaine )
Sonia, Georges Banon, le canadien, et Stanislas Sévillano sont les seuls personnages que j'ai trouvés sympathiques.
Marie Do est énervante à souhait. Les autres convives, finalement, m'ont paru assez insignifiants.

Cette lecture est finalement une lecture sympathique, mais je regrette la longueur de la première partie qui a failli avoir raison de moi.

Publié dans Divers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article