84 Charing Cross Road - Helene Hanff

Publié le par histoire-de-livres

hanff.jpg

 

4m de couverture :

 

Helen Hanff s'adresse depuis New York à une librairie de Londres pour lui dénicher des livres rares d'occasion, dont elle est très friande et dont elle s'inspire pour écrire des synopsis pour la télévision américaine. Une correspondance qui débute en octobre 1949 et qui durera jusqu'en 1970.
Son correpondant attitré s'appelle Franck Doel, et elle va lier avec lui une grande amitié à travers les livres, puis une certaine "intimité".

 

Mon avis:

 

84 Charing Cross Road, ce sont des échanges épistolaires entre une librairie londonienne, et une cliente américaine, Helene Hanff.

Elle commence dans un décor pas très drôle, puisqu'il s'agit de la fin de la seconde guerre mondiale, période pendant laquelle l'Angleterre est encore sous le coup des rationnements .Histoire d’égayer un peu leur quotidien, cette cliente peu ordinaire commence à envoyer des colis de nourriture.

Les échanges formels avec un petit soupçon d'humour commencent entre Mark et Hélène, qui essaie désespérément de le faire sortir de son flegme anglais. Et au fil du temps, tous les employés (et même la femme de Frank) se mettent à écrire à Hélène.

Que j'aime cette forme de roman. C'est très vivant, on passe d'un sujet à un autre. Et surtout le ton est très différent d'un roman classique. Des échanges chaleureux, pleins d'humour, de la tristesse parfois, mais en tout cas un délice pour l'esprit.

Je me suis fait la réflexion à plusieurs reprises, que ces échanges semblaient réels. Et pour cause, j'ai découvert à la fin du livre (oui, bon je sais, si j'avais lu la note au début du livre je l'aurai su depuis le début..) que tous ces personnages ont existé. Et c'est donc avec un tout autre regard que j'ai écrit cet avis. Car si l'histoire m'a plu, savoir que tout a existé me la rend encore plus sympathique.

D'autant plus, que dans l'édition que j'ai eu entre les mains, la postface, explique qui était Hélène, ce qu'elle est devenu et cie .... Elle parle de cette librairie, que j'avais envi de découvrir, mais qui est maintenant fermé... C'est assez émouvant de savoir que cette femme n'a jamais été riche, et pourtant elle envoyait des colis à l'autre bout du monde.

Elle est exubérante, il est réservé. L’alternance des deux tons est flagrante : on reconnait le style anglais du style américain. Et puis, les autres lettres, celles qui viennent des autres employés éclairent la relation de ses 2 personnages.

Alors, on parle de livres, de prix des livres, mais aussi de choses plus intimes. Hellène possède cette capacité de dire les choses, sans pour autant qu'elles soient mal interprétés.
Elle critique ouvertement quand la librairie lui envoie des livres enveloppés dans des feuilles venant d'un autre livre ( outrage !!! ), elle n'est pas contente quand Mark lui envoie une version qui ne lui convient pas, et elle le provoque quand elle parle de vitesse de réception ... Oui, elle est désopilante, et surement énervante, mais dans chaque lettre on sait, on sent que tout est à prendre au second degré.

Alors, oui, les échanges ne sont pas très originaux, mais les protagonistes sont attachants. Un libraire !!! Nous, lecteurs, savons qu'un bon libraire est un peu notre ami : il nous conseille, il nous écoute !! Alors échanger avec un libraire ... forcement, on se sent proche d’Hélène !

En bref maily
Ces échanges ordinaires sont emplies de sincérité, de gentillesse, d'altruisme. J'aime l'idée qu'une amitié se commence finalement sur rien de tangible. Oui, c'est une vrai amitié, qui nait entre ces personnages. Pas une amitié fusionnelle, ou les deux parties savent tout de l'autre, mais ce sont des amis qui partagent des instant de leur vie.

 

note5a


Publié dans roman epistolaire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nico 01/11/2011 14:46



J'ai été déçu par ce livre: pas de réflexion sur les livres, la lecture ou le métier de libraire. Trop d'anecdotes superflues noient les lettres, et les écrivains évoqués sont oubliés et très peu
développés. Cerise sur le gâteau: l'auteure n'aime pas les romans... Bref, une deception totale pour moi.



histoire-de-livres 01/11/2011 17:17

Mais en fait, c est normal qu il n y ait pas de réflexion sur les livres : il ne faut pas oublier que c est un échange réel entre une cliente et un libraire, et donc elle lui demande de lui trouver des livres. Elle ne lui demande pas de conseils mais juste de lui trouver les livres. Cela dit j ai trouvé cela étrange qu elle n aime pas les romans ... En tout cas merci d être passé :)